Éolien en Pays de la Loire. Cinquante associations et personnalités demandent un moratoire

Une demande de moratoire éolien vient d’être adressée à Christelle Morançais, la présidente de la Région Pays de la Loire, et le préfet Claude d’Harcourt. La demande est signée de cinquante associations et personnalités, dont Philippe de Villiers, qui est déjà monté au créneau sur le sujet pour le parc du Puy du Fou.

Plus de cinquante associations et personnalités de la région Pays de la Loire, dont Philippe de Villiers, demandent à Christelle Morançais, présidente de Région, de soutenir un moratoire sur l’éolien industriel. Arguments mis en avant : « Des soupçons de plus en plus marqués sur la santé humaine et animale. Mais aussi des atteintes irrémédiables aux paysages, à l’environnement et au patrimoine. » Selon les signataires, la région « fait face à un nombre croissant de projets éoliens : plus de 1 061 éoliennes sont installées ou sur le point de l’être ».

Moratoire de deux ans

Les associations (1) sont regroupées sous la bannière de cinq fédérations départementales. Parmi les personnalités qui cosignent la lettre, Philippe de Villiers, le créateur du Puy du Fou, qui est monté au créneau sur le sujet et a adressé une « Lettre aux Vendéens » pour alerter. « La prolifération des projets éoliens dans le cône de visibilité de la Cinéscenie a pour conséquence de mettre en péril notre spectacle phare. Parce que les éoliennes sont de plus en plus hautes et que les flashs viendraient perturber l’architecture artistique du Puy du Fou », y expliquait-il.

Les signataires sollicitent la mise en place d’un moratoire de deux années, « qui permettrait de se donner le temps d’une réflexion de fond et de recueillir les observations au sein d’un comité de suivi de l’éolien industriel ».

Dans leur état des lieux, les signataires donnent des chiffres : 367 mâts accordés en Loire-Atlantique, dont 180 en service, 187 en attente de construction ; 350 mâts accordés en Vendée, dont 137 en service, 213 en attente de construction ; 133 mâts accordés en Maine-et-Loire, dont 47 en service, 86 en attente de construction ; 116 mâts accordés en Mayenne, dont 77 en service, 39 en attente de construction ; 95 mâts accordés en Sarthe, dont 14 en service, 81 en attente de construction.

Ils précisent : « Ces chiffres ne sont que temporaires puisqu’ils ne prennent pas en compte les projets en cours d’évaluation, non déposés en préfecture. »

(1) ADPH44 (Loire-Atlantique), Vent d’Anjou (Maine-et-Loire), ABVFC (Mayenne), Vent de Sarthe (Sarthe), Vendée Tempêtes (85).

Lire l’article sur Ouest-France.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *